Confederation.lu

Nos actualités

Paperjam – Commerce : l’indispensable digitalisation

Lire l’article en entier en cliquant ici. Comment se porte l’e-commerce au Luxembourg? Où se situent les commerces dans leur processus de transformation digitale? Nicolas Henckes, directeur de la Confédération luxembourgeoise du commerce, et Carlo Thelen, directeur général de la Chambre de commerce du Luxembourg, dressent un état des lieux.Nicolas Henckes et Carlo Thelen dressent un état des lieux de la situation du e-commerce au Luxembourg.
Comment se porte l’e-commerce au Luxembourg? Où se situent les commerces dans leur processus de transformation digitale? Nicolas Henckes, directeur de la Confédération luxembourgeoise du commerce, et Carlo Thelen, directeur général de la Chambre de commerce du Luxembourg, dressent un état des lieux.
Comment l’e-commerce est-il aujourd’hui déployé au Luxembourg? Et comment le Grand-Duché se positionne-t-il à ce sujet, au regard des autres pays européens et de ses voisins?
Carlo Thelen – «Le dernier rapport Digital Economy and Society Index (DESI) d’Eurostat nous livre des informations intéressantes à cet égard. Cet indice, qui évalue l’évolution des pays de l’Union européenne vers une économie et une société numériques, place le Luxembourg à la 10e position du classement sur les 28 pays analysés, devant l’Allemagne (12e) et la France (15e), mais derrière la Belgique (9e). Si nous nous attachons à l’usage qui est fait d’internet au Luxembourg, nous remarquons que l’e-commerce est aujourd’hui ancré dans les pratiques des résidents, notamment grâce à l’importante utilisation d’internet dans le pays et à sa forte connectivité. Ainsi, 93% des habitants du pays déclarent utiliser internet, contre 85% en moyenne dans l’Union européenne, 87% en France, 89% en Belgique, et 91% en Allemagne. Trois quarts de ces utilisateurs réalisent des achats sur le web. En 2018, les résidents grand-­ducaux ont ainsi dépensé quelque 800 millions d’euros en ligne, selon Statista. Les résidents luxembourgeois achètent donc davantage sur internet que la moyenne européenne (71%) et que les Belges (72%). Cette pratique est cependant moins présente au Luxembourg qu’en France (77%) et qu’en Allemagne (84%). Mais ce que nous constatons également, c’est qu’il existe un déséquilibre entre la pratique des commerçants et les attentes des consommateurs. En effet, seulement 16% des utilisateurs d’internet vendent leurs produits ou services sur le web, contre 23% en moyenne au sein de l’UE. Et seuls 7% à 9% des commerçants ont une offre en ligne. 87,5% des achats en ligne sont effectués sur des sites étrangers, d’après Cross-Border Commerce. Nous n’en sommes donc encore qu’aux balbutiements du commerce électronique et de la transformation digitale des commerces sur le territoire luxembourgeois. Il est toutefois important de préciser que ce rapport 2020 se base sur des données récoltées en 2019, avant la crise sanitaire, donc…

Cela signifie-t-il que la situation a désormais changé et que la crise sanitaire a donné un coup d’accélérateur à l’e-commerce au Luxembourg?

Nicolas Henckes – «Effectivement. La crise sanitaire, et surtout le premier confinement, a obligé bon nombre de consommateurs, mais surtout de vendeurs, à investir le web. Avant la pandémie, les entreprises commerçantes ne ressentaient pas forcément le besoin de proposer leurs biens en ligne, ni même, pour certaines, d’y être actives, ou tout simplement présentes. Même si la situation commençait un peu à se tendre, la plupart des commerces luxembourgeois avaient la chance de se trouver dans une situation relativement confortable, et ils pouvaient se contenter de ‘faire comme ils ont toujours fait’. Il en résultait une grande méconnaissance de l’e-commerce, de son fonctionnement, de sa valeur ajoutée pour les clients et pour l’entreprise, des mécanismes de communauté que cela implique de mettre en place, etc. La crise a exacerbé l’intérêt et l’importance du digital. S’ils voulaient continuer à vendre leurs produits et leurs services et maintenir le lien avec leurs clients, les commerçants n’ont pas eu d’autre choix que de se tourner vers le numérique. On a trop longtemps opposé vente physique et vente en ligne. Or, ces deux canaux sont davantage complémentaires que concurrents. Et, à cet égard, le confinement a constitué une sorte d’électrochoc. Beaucoup ont pris conscience de la convergence de ces deux moyens de vente et de la nécessité, aujourd’hui plus encore, d’adopter une stratégie multicanale.
Lire l’article en entier en cliquant ici.
La clc dans la presse.
(Journaliste : Jeanne Renauld; Photos : Matic Zorman/Maison Moderne)

Articles à la une

visual_communique-presse copie
Business Pulse de mars 2024. Résultats et perspectives, merci à nos entrepreneurs !
K1024_DSC02601
Networking : Intégrer les personnes en situation de handicap dans mon entreprise - Galerie photos & vidéo
Conférence de presse Retail Report
Publication du "Retail Report 2024"
Job Offer Luxembourg Confederation (1)
Luxembourg Confederation recrute plusieurs profils
WEB-38
Journée des Présidents 2023 - Galerie photos

Articles récents

visual_communique-presse copie
Constitution de l’Union Commerciale « NOVA Lënster » : « Zesumme Jonglënster sinn » 
Alisa et Charlotte
4 questions à nos premières étudiantes de 2024
visual_communique-presse copie
Business Pulse de mars 2024. Résultats et perspectives, merci à nos entrepreneurs !
visual_communique-presse copie
Luxembourg Confederation annonce un nouveau Comité de Direction pour renforcer la représentation de ses membres
Job Offer Luxembourg Confederation (1)
Luxembourg Confederation recrute des étudiants
Article précédent
Article suivant
Confederation.lu